L’avenir est et sera toujours dans le lien

Dans la période de distanciation physique, de télétravail maximal, liée à la crise sanitaire, le lien au sein des entreprises peut facilement se distendre, que ce soit avec les clients ou entre les collaborateurs et leur manager. Il est pourtant vital pour la réussite de l’organisation mais aussi pour le bien-être de chacun de garder ce lien, voire même de le renforcer.

Se sentir mieux grâce aux autres

Avec cette seconde vague de confinement, chacun réfléchit à comment garder le lien avec ses proches, avec ses collègues.

On a d’ailleurs pu remarquer juste avant la date officielle du reconfinement, l’augmentation des embouteillages car les uns et les autres se regroupaient pour être ensemble. Nous sommes nombreux à nous être rendus compte de l’importance des relations sociales tant au niveau familial, amical que professionnel lors du premier confinement et de la situation anxiogène que nous avons vécue. 

La peur est encore très présente en entreprise et cette nouvelle phase y contribue largement. Peur du virus qui est de plus en plus virulent, de l’isolement, des conséquences économiques possibles, du chômage, des attentats, etc. Certes, les situations sont différentes d’une personne à l’autre. 

Face à ces émotions envahissantes, le fait de pouvoir partager avec ses collègues, de poser sa parole, de rire, de travailler ensemble est très soulageant et oriente notre cerveau vers des idées plus positives.

Cette « toile » sécurisante que nous tissons a un effet positif sur notre état psychique et sur notre santé. Bien entourés, nous vivons plus longtemps. Une enquête de Harvard auprès de 7 000 personnes suivies sur 9 ans l’a démontré. Être « ensemble », même à distance est protecteur et cela quel que soit notre âge. Les proches aident à nous donner confiance en soi, à nous rassurer dans les épreuves et enfin, en apaisant notre cerveau et nos émotions, à trouver des solutions. 

Le lien social renforce l’impression que la vie, le travail a un sens et que j’y contribue. Quel levier puissant ! Christophe André, psychiatre reconnu et adepte de la méditation, parle de « s’épanouir dans une appartenance choisie ». 

Travailler à plusieurs pour se motiver et grandir

Nous avons tous eu un « mentor » qui nous a aidé à progresser à un moment de notre vie. Nous sommes peut-être nous-même le mentor de quelqu’un. Cette prise de conscience favorise un état émotionnel positif et incite chacun à vouloir grandir encore plus. 

Une expérience a montré que des personnes accompagnées d’un ami proche se sentaient plus en confiance pour gravir une pente. N’est-ce pas une belle métaphore ? 

Dans cette nouvelle période de télétravail contraint, les uns et les autres ont donc tout intérêt à trouver des projets sur lesquels ils pourraient contribuer à plusieurs. Echanger, se challenger, se confronter – nous ne parlons pas ici d’affrontement – aide à grandir et à faire émerger les meilleures idées pour l’équipe. C’est un moment privilégié pour se former, prendre de la hauteur et préparer l’avenir ensemble.

Des séances de codéveloppement, de brainstorming peuvent être organisées pour trouver de nouvelles pistes de progrès au bénéfice du service, de l’équipe ou d’un seul collaborateur qui a une difficulté particulière. Dans une logique de « Tous pour un », le lien montre toute sa puissance.

Créer une interdépendance constructive 

Reconnaitre que nous avons besoin d’aide à certains moments contribue paradoxalement à un renforcement de l’autonomie. Accepter que son collègue ­­a parfois besoin d’aide le conduit à moins en demander. C’est en tous cas ce que démontrent de nombreuses recherches. On parle du « paradoxe de la dépendance ».

Pourtant, de nombreuses personnes, des managers entre autres, pensent que solliciter de l’aide risque de les faire passer pour faible et incompétent. Victimes de l’esprit compétitif qui a beaucoup régné dans les organisations, ces personnes restent avec cette croyance vissée à leur mental. 

Le monde complexe dans lequel nous vivons, les crises successives qui s’enchainent, les imprévus qui se multiplient vont cependant dans le sens d’une réponse plurielle. 

Même les chasseurs de bêtes sauvages avaient compris qu’ils avaient besoin les uns des autres pour terrasser l’animal ou pour se déplacer en sécurité ! 

Comment faire concrètement pour garder le lien en entreprise ?

Il y a de multiples façons de créer et de garder le lien ; les périodes de confinement sont d’ailleurs sources d’initiatives riches et variées. Voici quelques idées complémentaires en termes de posture managériales pour s’assurer du lien avec et entre ses collaborateurs :

  • Dans un premier temps, écouter l’autre pour repérer les signaux faibles s’il n’ose pas clairement demander de l’aide et qu’il est en souffrance. L’écouter pour bien comprendre ses besoins, ses attentes. Se synchroniser à lui pour libérer la parole au maximum.
  • Être vigilant quant à sa propre posture qui doit être bienveillante sans tomber dans une position haute ou trop condescendante.
  • L’aider à formuler clairement sa demande en posant des questions de clarification du contexte.

En conclusion, renforcer le lien dans l’équipe n’incombe pas qu’au manager mais chacun dans l’équipe doit se sentir co-responsable de cela en prenant soin de lui-même et de ses collègues. Et même de son manager qui reste une personne comme les autres !

Tous ensemble à l’écoute de chacun pour plus de lien ! Nous allons en avoir bien besoin dans les mois à venir…

Marie-Paule Le Gall – Inspirations Management

Publié le 8 janvier 2021 par L’équipe Inspirations - 0 commentaire

Laisser une réflexion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *